Venez écrire l'histoire de votre personnage autour d'une croisière de luxe en Egypte dans les années 1950 - Forum exclusivement RPG -
 
AccueilAccueil  Les News du NilLes News du Nil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RP] Heure du dîner

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Terence Walcott

avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 01/11/2015

MessageSujet: Re: [RP] Heure du dîner   Sam 30 Jan 2016 - 18:54

Terence n'arrivait pas à trouver le sommeil. Des heures plongé dans un dossier qu'il avait amené avaient réussi à lui donner un léger mal de crâne qu'il n'arrivait pas à chasser. 
Il n'était que peu sorti de sa cabine depuis le début de son séjour, et l'heure était avancée. Aussi, enfila t'il un léger pantalon de coton, une chemise et un e veste légère afin de se rendre au bar boire un verre. Il avait besoin de prendre un peu l'air,de se détendre.
Il croisa deux personnes en se rendant à sa destination, qui se promenaient tranquillement bras dessus bras dessous. Il les salua gentiment. L'ambiance était calme, les gens parlaient doucement, les visages étaient souriants. Peut être était il temps pour lui d'abandonner un peu les soucis, les tracas, et de se mêler aux autres, comme n'importe quel touriste l'aurait fait,en temps normal.
Il entra dans le bar. Il réajusta un peu sa tenue, car la seule personne présente aurait pu être un poivrot totalement saoul, il ne supportait pas la négligence, il se voulait toujours impeccable. Il regarda sa montre or qui brillait au léger éclairage des lieux, l'heure était assez tardive.
Il s'avança vers le bars, derrière lequel il y avait un jeune serveur qui discutait avec un homme plus mûr. Terence regarda celui-ci un instant. Bonne allure, d'aspect soigné, amateur de cognac ou d'armagnac, de la il n'aurait su dire. 
IL s'installa à un mètre sur la droite de l'homme, sourit au serveur, lui fit signe de la main de continuer sa discussion indiquant ainsi qu'il avait le temps. 
En attendant, il fit le tour de la salle du regard, celle-ci était quasi vide. Juste lui et les deux autres. Il fit un signe de tête à l'homme au cognac, puis fit face au bar, le regard posé sur les bouteilles alignées sur une étagère.
Revenir en haut Aller en bas
Zacharie Sanders

avatar

Messages : 158
Date d'inscription : 05/12/2015

MessageSujet: Re: [RP] Heure du dîner   Dim 31 Jan 2016 - 17:35

Ce brave Jules reste sans voix à ce que vient de lui préciser le Colonel, ce qui termine de le secouer d'un rire franc et massif. Il n'en revient pas de voir le jeune barman aussi remué et n'arrête plus de rire joyeusement. Un rire qu'il cesse immédiatement à l'arrivée d'un nouveau client, bien mis de sa personne et au charisme affiché. Au signe de tête qui lui est adressé, il répond par un autre et laisse glisser son étui à cigares jusqu'à l'inconnu.

-Jules servez à Monsieur ce qui lui plaira et mettez-le sur ma note, s'il vous plait.

Le Colonel de sa voix rauque s'adresse alors à l'inconnu sans particulièrement chercher à vouloir le tirer de sa solitude mais estimant qu'à cette heure avancée de la nuit, ce doit probablement être un insomniaque du moment, tout comme lui.

-Si un cigare que je fais venir de la Havane vous tente, je vous en prie, Monsieur, servez-vous.

Son troisième verre de Cognac vient de lui être servi, regagnera-t-il sa cabine en marchant droit ? La question se pose, ce qui ne l'empêche pas de porter le verre à sa bouche avec la vive détermination de savourer le liquide ambré comme les fois précédentes.

Revenir en haut Aller en bas
Terence Walcott

avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 01/11/2015

MessageSujet: Re: [RP] Heure du dîner   Dim 31 Jan 2016 - 18:22

Terence n'était pas assis depuis deux minutes que l'homme à sa gauche lui adressa de façon fort courtoise la parole. Il tourna la tête, l'observa un instant.
Il se dégageait de lui une aisance naturelle, son sourire était engageant, ses manières celles d'un homme habitué à fréquenter un certain milieu. D'emblée, il fut à l'aise face à l'individu. Lui même, était un habitué de ce qu'on appelait la haute société, de ses us et coutumes, de la manière qu'avaient les gens d'y évoluer, du raffinement et des goûts sûrs pour les bonnes choses. 
Il baissa les yeux vers l'étui élégamment glissé vers lui. Il regarda les bagues, y lut Bolivar. L'une des plus prestigieuses marques de cigares produits dans cet endroit paradisiaque qu'était Cuba. L'homme était bel et bien raffiné. Seuls, les véritables amateurs de délices, de plus suffisamment fortunés, pouvaient s'offrir ce genre de plaisir. Oui, l'homme lui plaisait d'entrée beaucoup.
Il regarda le jeune serveur, lui commanda un double de son meilleur bourbon, puis descendit de son tabouret pour l'approcher un peu plus de celui de l'autre client. Il se rassit, saisit un cigare, le huma, et sourit. Il plongea son regard dans celui de l'homme qui le regardait en souriant, puis, alluma les feuilles de tabac avant d'exhaler un long nuage de fumée, savourant les notes corsées et épicées qui venaient instantanément de lui exploser dans la bouche.
Puis, il regarda de nouveau son voisin.

Si vous n'êtes jamais allé à Cuba, il faut remédier à cela. Je vous conseillerais en ce cas d'aller à El Laguito, dans les faubourgs de La Havane. Il y a une petite fabrique locale qui ne commercialise pas ses produits à l'export, et croyez moi, c'est bien dommage. Un fin connaisseur tel que vous tomberait à coup sûr éperdument amoureux de leurs produits. Vous aurez du reste l'occasion d'y goûter, j'en ai plusieurs boites dans ma cabine. 

Terence tendit sa main à l'homme qui la saisit. Immédiatement, il reconnut des mains qui avaient beaucoup travaillées, nombre de petites cicatrices et de moins petites dénotaient le maniement d'objets coupants. 

Terence Walcott. Je suis avocat, et je viens de Los Angeles. Les gens qui m'offrent des cigares de qualité m'appellent en général Terence. 

La poignée de main fut virile et franche. L'homme était droit. Son sourire franc et enjôleur. Le double bourbon fut posé devant lui, et il leva son verre.

Je bois donc à la rencontre de gens de qualité, et j'y inclus bien sûr notre ami serveur. Trinquez donc avec nous jeune homme, il est tard, et personne n'ira le répéter. Nous sommes entre gentlemens, et des gentlemens insomniaques qui plus est. 

Puis, Terence attendit que son voisin trinque et se présente à son tour. Cette nuit promettait d'être plus longue que prévue. l'homme avait du flair pour ces choses la.
Revenir en haut Aller en bas
Jules Aubier
Barman
avatar

Messages : 257
Date d'inscription : 26/09/2012

MessageSujet: Re: [RP] Heure du dîner   Lun 1 Fév 2016 - 12:19

Jules n'était pas peu fier de voir que le colonel le traitait son égal malgré la différence d'âge malgré aussi leur différence de statut. Passager donc client pour le Colonel Sanders et simple employé pour Jules. Et quelle chouette cadeau ! Une pu ... euh enfin, une dame de luxe, comment est ce qu'il appelait ça déjà ? ... une escorte-girl ! A peine plus âgé que lui il avait précisé, et sans doute belle comme le jour qui vient, si on se fiait aux goûts du Colonel ! Après ça, Jules sera à un autre homme, il en mettait déjà sa main à couper. Il rit nerveusement à la réflexion de Zacharie :
Non non non, pas besoin d'aide ! Je saurai me débrouiller comme un grand l

Il confirma l'heure mais sans vouloir non plus commencer trop tôt ! Il ne savait pas si la belle se faisait payer à l'heure ou bien existait-il des forfaits pour une nuit entière. C'est fou ce que Jules ignorait des choses de la vie !
Je serai dans cabine à partir de 22 heures, qu'elle vienne quand elle pourra !

A cet instant arriva Monsieur Walcott ! Homme important, un avocat mais qui se faisait discret ! Un bon client qui buvait bien et n'emmerdait personne. Jules s'approcha de lui :
Bonsoir Maître ! Que désirez-vous boire ?

Avec l'avocat collé au comptoir plus question de parler de la belle de nuit. De toute façon qu'y avait-il à en dire d'autres ? Jules aurait bien voulu savoir à quoi elle ressemblait cette Anabella mais il fallait aussi laisser une part de mystères.
Le colonel salua Walcott puis proposa que son verre fut porté sur sa note et il lui offrit un cigare. Ils semblèrent très vite sympathiser, d'ailleurs Jules avait remarqué que la faune des habitués qui traînaient les bars très tard le soir semblaient être des gens qui se reconnaissaient d'un simple coup d'oeil, même s'ils ne s'étaient jamais vus auparavant.
Jules lui avança le double bourbon commandé et s'écarta un peu, laissant les deux hommes discutés entre eux et faire plus ample connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Zacharie Sanders

avatar

Messages : 158
Date d'inscription : 05/12/2015

MessageSujet: Re: [RP] Heure du dîner   Mar 2 Fév 2016 - 10:47

Les insomniaques de la nuit se reconnaissent et se trouvent. Le Colonel n'aura pas attendu longtemps avant que son congénère ne le rejoigne. Satisfait, il sourit en savourant son Cognac et en tirant sur son cigare avec la force tranquille qui est la sienne le plus souvent.

L'homme qui vient de se joindre à lui semble doté de la même force tranquille et détenir une belle assurance qui conforte Zac dans l'idée qu'il a su très vite reconnaître celui à même de converser dans cette nuit pas ordinaire où, probablement, le dieu des insomniaques a trié sur le volet ceux qui pouvaient s'offrir ce luxe rare. Il hoche la tête à la description faite de cette ville de Cuba qu'il ne connaît pas. Voilà l'idée d'un prochain voyage qu'il note précieusement dans un coin de sa tête.

-Le connaisseur que vous êtes vient de me fixer la destination d'un prochain voyage. C'est d'autant plus le moment de s'y rendre qu'il semble que le pays connaisse un peu de calme après les derniers soulèvements. Enfin, sans doute faut-il rester prudent et mesuré sur ce léger mieux et ne pas y courir tête baissée.

Le Colonel sourit et à la présentation de Terence, sort de la poche intérieure de sa veste une carte de visite qu'il pose sur le zinc, à hauteur de mains. Un réflexe d'homme d'affaires rompu aux négociations. Ce soir, il n'est heureusement pas question de songer à traiter d'affaires ou de contrats.


Citation :
Zacharie Sanders
New-York - Boston - USA



C'est bien volontiers qu'il échange une bonne poignée de mains avec son compagnon de nuit.

- Ravi de faire votre connaissance Terence. Zacharie Sanders, Restaurateur. Dans la profession on me surnomme souvent Le Colonel qui est un titre honorifique n'ayant rien à voir avec le grade de l'armée. Zacharie ou encore Zac pour ceux qui savent prendre le temps de profiter des bienfaits de nuits sans sommeil.

Lui qui venait là pour offrir son cadeau, boire un ou deux verres et s'en retourner dans sa cabine se voit enchanté que la donne change.

-Avocat donc. Défendre la veuve et l'orphelin m'a toujours fasciné. Encore que j'imagine que vous devez parfois avoir de sacrés dossiers tordus !

Il est d'humeur joyeuse le Colonel, d'autant plus en compagnie d'un homme qui lui plaît beaucoup et avec lequel il trinque sans attendre.

-Moi, ce sont mes assiettes qui parfois me rendent dingue ! Je ne vous parle pas de certains clients jamais satisfaits.

Zacharie sourit à Jules qui en parfait professionnel vient de s'éloigner afin que les deux hommes puissent poursuivre leur moment inattendu mais vraisemblablement propice à des discussions fort intéressantes.


Revenir en haut Aller en bas
Terence Walcott

avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 01/11/2015

MessageSujet: Re: [RP] Heure du dîner   Mar 2 Fév 2016 - 22:55

Terence avala une gorgée de bourbon. Puis après avoir reposé son verre, posa son doigt sur la carte de visite posée sur le bar et la tira doucement à lui. Zacharie Sanders dit le colonel. Pourquoi cela lui évoquait il quelque chose ?
Il saisit la carte entre ses doigts, la fixa un instant puis la mit dans la poche intérieure de sa veste. Il sourit à l'homme face à lui.

Il est vrai Zacharie que les nuits sans sommeil ne sont pas faites pour effrayer des hommes tels que nous n'est ce pas ? 

Une bouffée de cigare, une nouvelle gorgée de ce liquide au goût de tourbe, et la sensation, oubliée depuis maintenant des mois, d'être hors du temps.

Vous, imaginant de nouveaux mariages de saveurs pour le plaisir de clients de plus en plus avides de nouveautés, moi penché sur des dossiers pour redonner l'espoir à des clients de plus en plus exigeants, que de nuits blanches nous pourrions je suis sûr cumuler ensemble si nous en faisions le compte ? Du reste, c'est la le prix de la réussite. 

La veuve et l'orphelin. Cela le fit sourire. A la vérité, certains de ses "associés" avaient plus fabriqués de veuves et d'orphelins que lui n'en avait défendus. Mais cela, il était bien sûr inutile de l'évoquer. Mais bon sang, pourquoi n'arrivait il pas à se souvenir de ce que le colonel lui évoquait ??

Ho. En fait de veuve et d'orphelins, mes clients sont surtout des enfants gâtés, des vedettes pour la plupart très capricieuses et déconnectées des réalités de ce monde. Ce ne sont pas les dossiers qui sont tordus mon cher, mais bel et bien ceux qui me les font étudier ! Mais ils me permettent de gagner ma vie. Et le client est roi, je ne vais pas vous l'apprendre !

Terence eut un petit rire. Tout en parlant, il faisait travailler sa mémoire. Nom de dieu, il était sûr que l'homme face à lui ne lui était pas inconnu. Il n'avait jamais mis les pieds à Boston, mais New York, il connaissait. Alors ?

Mais je ne suis en fait qu'une encyclopédie juridique doublé d'un comédien de prétoires. La ruse, l'intuition, le mensonge, la comédie sont mon univers. Je n'invente rien, je ne fait que paraître. Vous mon cher, vous êtes un inventeur, un créateur, et votre nom contrairement au mien sera encore prononcé bien après votre disparition. En cela, je vous envie. Qui ne rêve pas de laisser son empreinte ?

Nouvelle gorgée, nouvelle bouffée. Et soudain, devant ses yeux, la couverture de Forbes magazine vint envahir son esprit. Bon dieu, oui, c'est la qu'il l'avait vu, il possédait à New York un établissement qui avait été primé, encensé pour la qualité des mets servis, de l'accueil. Le colonel, voila ou il avait remarqué ce surnom qui sur le coup l'avait fait sourire, mais qu'il avait compris après la lecture de l'article qui était un véritable plaidoyer écrit par un rédacteur du magazine qui avait été amené à manger dans l'établissement.
Il se rappelait l'ascension d'un jeune homme ayant commencé en bas des marches, et que toutes les écoles hôtelières les plus réputées courtisaient pour qu'il accepte de venir ne serait ce qu'une heure parler de sa vision de son métier. 

Dites moi Zacharie. Comme cela ne m'arrivera jamais, racontez moi ce que cela fait de se retrouver dans Forbes ? Vous, parti de rien, arrivé à une telle renommée. Je suis assurément flatté de pouvoir vous rencontrer et avoir la chance de discuter ainsi avec un tel artiste, car c'est ce que vous êtes. Du reste, à mon prochain passage à New York, je tiens à venir me rendre compte par moi même de cet enchantement qui consiste déguster vos créations. 

Grand sourire à cet homme pour qui l'avocat avait soudainement une sincère admiration. Lui aussi était parti de rien, son diplôme en poche. Des années à travailler entre 12 et 15 heures par jour couplées à quelques rencontres chanceuses avaient transformé le jeune des bas quartiers de Tucson en riche avocat qui pour autant n'avait jamais oublié le chemin parcouru. Vingt ans s'étaient écoulés depuis ses débuts. Ils étaient semblables. Ils s'étaient battus, ils avaient réussis. Et ce soir ils se croisaient. 

Mais dites moi, vous êtes vous déjà rendu à Los Angeles ? Ou projetteriez vous de vous y rendre un jour ?
Revenir en haut Aller en bas
Zacharie Sanders

avatar

Messages : 158
Date d'inscription : 05/12/2015

MessageSujet: Re: [RP] Heure du dîner   Jeu 4 Fév 2016 - 19:45

Petit à petit, dans cette nuit naissante, les deux hommes font connaissance. Zacharie est aux anges, un bon cigare, un cognac exquis et un homme tel que Terence à ses côtés pour refaire le monde. L'ordre de ses points pouvant tout à fait être chamboulé mais non dissocié dans ses composants. Il hoche la tête de temps en temps, se délecte de la saveur du liquide ambré qui, uni à son cigare, en décuple les notes sucrées.

-Le tribunal est un lieu fascinant je trouve. Il me plairait, à l'occasion, d'aller y faire un tour pour en apprécier toutes les caractéristiques et les tournures.


Il sourit largement aux qualificatifs employés par Terence. Il est vrai qu'à l'entendre, on pourrait se croire dans une pièce de théâtre où chaque acteur tiendrait son rôle.

-Vous savez, au théâtre ou dans le monde cinématographique, on peut trouver des acteurs qui n'en ont que l'intitulé, ils sont si mauvais qu'on se demande si seul leur joli minois n'a pas été le seul atout permettant leur tête d'affiche. Vous, vous devez instruire un dossier, passer des heures à vous convaincre que votre client est innocent, plaider de façon démonstrative, convaincante et avec une persuasion telle que même un esquimau dans son igloo pourrait acheter un frigo les yeux fermés.

Le Colonel rit doucement de sa petite comparaison et hoche de nouveau la tête.

-Vous êtes donc l'acteur suprême dans toute sa splendeur car même si le rôle ou le scénario ne vous plaisent pas, il vous faut tout de même convaincre coute que coute. Ce doit être éreintant. Moi, je suis bien plus tranquille dans l'exercice de ma profession, je prends le temps, j'améliore, je peaufine, je modifie avant que de pouvoir afficher mon plat au menu. Rien ne me presse au contraire de vous. Ce qui nous lie, en revanche, c'est l'obligation de résultat. Vous comme moi, ne pouvons nous permettre de ne pas gagner.

Il sirote une nouvelle gorgée de cognac, tire sur son cigare et poursuit.

-Oh le Forbes Magazine ! Je dois vous avouer m'être senti fier de faire la première de couverture et d'avoir quatre pages pour raconter l’ascension qui fut la mienne mais vous savez, aujourd’hui vous êtes sur les trois premières marches du podium, demain vous pouvez ne plus faire partie de ce monde qui bouge sans cesse, celui de la finance, des petites, des grandes entreprise, des plus grosses fortunes. Tout cela n'est que feu de paille si l'on ne continue pas de travailler, durement, jour après jour.

D'un léger signe de la main, il indique à Jules de servir une nouvelle tournée, c'est que parler çà donne soif.

-J'espère bien Terence que vous me rendrez visite dans mon établissement de New-York. Figurez-vous que ma prochaine installation sera à Los Angeles justement. Mais il ne s'agira pas là d'un restaurant gastronomique mais d'une enseigne dite de restauration rapide, mon autre cheval de bataille. Le lieu est je crois idéal pour ce type de restauration. Avant d'aller à la plage, ou en en revenant, quoi de mieux de que de se régaler, sur le pouce, du poulet frit à la sauce Sanders.


Zacharie sourit tout en reposant son verre.

-Comment trouvez-vous le déroulement de cette croisière ? En êtes-vous coutumier ? Je commence, personnellement, à un peu tourner en rond et espère pouvoir profiter des cuisines du Memphis pendant quelques heures par semaine pour ne pas rouiller. Ne sommes-nous pas comme les grands sportifs qui doivent s'entraîner sans cesse pour toujours rester en tête de peloton ? Comment occupez-vous vos journées à bord, Terence ?


Revenir en haut Aller en bas
Terence Walcott

avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 01/11/2015

MessageSujet: Re: [RP] Heure du dîner   Dim 7 Fév 2016 - 0:32

Terence souriait aux dire de Zacharie, et une réflexion lui vint : Deux hommes, partis de rien arrivés à ce que l'on pourrait considérer comme le sommet, à savoir être connu par la simple évocation d'un nom, être courtisés, empiler sur les comptes les dollars sans même parfois bouger le petit doigt, avoir ses entrées partout, et des relations qui pourraient être fort utiles. Pour autant, lorsqu'ils parlaient les deux de leurs métier, ils se considéraient comme des hommes du commun. Fausse modestie ? Cela pouvait être perçu comme tel. Cependant, cela aurait été faire abstraction que le succès est un mode de vie comme un autre, à savoir qu'on s'y habitue, que cela devient une banalité. Ces deux hommes pouvaient très bien se déclarer leur dernière année fiscale comme si ils parlaient des derniers résultats des Giants de New York alors que ces chiffres feraient mourir d'horreur le plus engagé des syndicalistes.
Terence entama son second verre, et grimaça lorsqu'il fut question de restauration rapide.

Si vous vous installez à Los Angeles, n'hésitez pas à venir me voir si vous voulez accélérer les procédures. Je peux tirer quelques ficelles pour vous faciliter les choses. Ceci dit, je suis un peu étonné. Comment, un prince de la gastronomie tel que vous peut il se fourvoyer ?  Je dis bien fourvoyer, car un inculte tel que moi voit ainsi ce principe, qui consiste à  passer de la haute gastronomie à une gastronomie qui n'a de ce terme que le nom. 
Pardonnez ma franchise Zacharie, mais c'est mon côté conservateur qui considère que cette nouvelle mode qui vient d'éclore, la restauration rapide, est, pour moi grand amateur de bonne table, un peu à la gastronomie ce que la lune est au soleil. 

Terence sourit. Ses propos n'avaient bien évidemment rien de méchants ou d'accusateurs. Simplement, il ne comprenait pas qu'on puisse ainsi faire ce qu'il considérait comme de la restauration de second ordre. Il tira une bouffée de ce cigare dont le gout se renforçait un peu plus. 

Non, contrairement à vous, je reste au repos, non sans jeter de temps en temps un oeil sur quelque dossier et envoyer des consignes à mon associé. Je suis parti en congé longue durée, car je n'ai pas pris un seul jour de vacances depuis que j'ai ouvert mon cabinet il y a de cela bien des années. Je vous avoue que les suites civiles du divorce entre Sinatra et Barbato me crée quelques soucis qui me poursuivent jusqu'ici. Donc, malgré moi, je travaille encore un peu. Mais pour le reste, je voudrais, pour la première fois de ma vie oublier tout cela, et me reposer. D'autant plus que pour vous mettre dans la confidence mon cher Zacharie, j'ai rencontré il y a peu une jeune femme dont je suis absolument fou, et à ses côtés, j'oublie enfin ma carrière pour m'occuper de la sienne, en plus de m'occuper du couple que nous formons maintenant.

Une longue gorgée, une deuxième, le verre est vide. Terence fait signe à Jules de remettre la même chose, car il est temps pour lui d'inviter à son tour.

Vous avez accès aux cuisines ? Une idée me vient mon cher. Accepteriez vous de concocter, lorsque vous le désirerez, un dîner pour quatre personnes, qui se déroulerait dans ma cabine, les quatre convives seraient ma compagne et moi même, auxquels vous vous joindriez avec Madame Sanders ou alors votre compagne si cette personne existe ? Qu'en pensez vous ? Ca serait de plus pour moi l'occasion de vous présenter à Leila, d'avoir le plaisir de rencontrer votre épouse ou compagne,  et de pouvoir vous faire goûter ces cigares d'El Laguito dont je vous ai parlé. 

Il regarda le restaurateur. Sa compagnie était reposante, comme l'étaient du reste toujours celles d'homme possédant force, expérience , et cette sagesse qu'amène inévitablement les épreuves. Il appréciait rarement les gens, lorsque cela arrivait, il était suffisamment marqué pour donner une amitié réelle. Qu'il soit un homme sombre, avec des fréquentations inavouables ne changeait pas le fait qu'il ressentait aussi de l'empathie pour les hommes de valeur comme celui avec qui il discutait actuellement. Un signe ne trompait pas, il n'avait pas regardé sa montre une seule fois depuis le début de la discussion, ce qui voulait dire que son temps n'avait à cette heure précise, et face à Zacharie, pas de valeur. C'est l'instant qui en avait une.
Revenir en haut Aller en bas
Zacharie Sanders

avatar

Messages : 158
Date d'inscription : 05/12/2015

MessageSujet: Re: [RP] Heure du dîner   Lun 8 Fév 2016 - 12:10

Comme à chaque fois qu'il est accaparé et intéressé par ce qu'un interlocuteur lui dit, Zacharie hoche la tête doucement tout en tirant sur son cigare. Il y a moins d'une petite heure, ces deux là étaient de parfaits étrangers l'un pour l'autre. Au fil de leur discussion, il apparaît au Colonel qu'il lui semble connaître Terence depuis un paquet d'années. Ils poursuivent gentiment leurs échanges tandis que le bar se vide des clients commençant à vouloir profiter de leur nuit dans leur lit. Eux, n'en ont cure et Terence vient d'ailleurs de commander une nouvelle tournée. C'est d'un rire franc et massif que le Colonel réagit à l'étonnement de son compère de bar.

-Ahaha ! Comme vous y allez Terence ! Depuis la nuit des temps, la Lune et le Soleil sont indissociables pour permettre un équilibre dynamique. Et puis, comme l'a si bien écrit Victor Hugo " Un Soleil n’éclipse pas un Soleil. Un Soleil n’est jamais éclipsé que par des Lunes".

Sa grande paluche vient tapoter amicalement l'épaule de son complice du soir afin qu'il comprenne qu'il prend bien sa remarque mais qu'il s'en étonne un peu. Il développe sa pensée pour l'expliquer.

-Je reconnais que la transition peut sembler radicale mais au fond, dans mon raisonnement, elle n'est pas antinomique avec mon impératif de perfection. D'abord et avant tout et pourquoi vous le cacher, il y a là un investissement somme toute mineur en regard des profits substantiels que cela générera. Les locaux seront tous meublés de la même façon, le menu sera identique à tous les établissements que je compte plus tard développer sous forme de franchises, ce qui permettra à d'autres de pouvoir créer leur propre affaire où mon droit de regard restera primordial et impératif. En revanche, l'ingrédient phare, le poulet frit sauce Sanders, lui, sera d'une grande qualité avec des volailles sélectionnées dans des fermes avec lesquelles je travaille. La recette quant à elle devra être rendue au détail près avec ce même souci de qualité.
Vous vous doutez bien, Cher Terence, que j'ai fait une étude de marché et que l'affaire sera plus que rentable. J'en reviens à ce que je vous disais précédemment, pour rester en haut du peloton, il faut savoir innover.


Le Colonel sourit puis hoche de nouveau la tête aux confidences reçues.

-Pour ce qui concerne ma vie privée, il n'y a pas, ou plutôt devrais-je dire, il n'y a plus de Madame Sanders. Un divorce qui m'a quasiment laissé sur la paille, mon Cher, avec l'envie de ne surtout plus réitérer ce genre d'exploit. Un divorce qui n'a certes pas fait autant de bruit que celui de Sinatra et Barbato mais qui a vu fondre tous mes comptes en banque comme neige au soleil. Il est fort dommage que n'ayez pas fait partie de mon cercle d'amis à ce moment là. J'aurais sans doute perdu moins de plumes.

Il rit de bon cœur.

-Et pas de compagne non plus. Une conquête de ci de là et je m'en porte merveilleusement bien. Je crois parfois avoir trouvé celle qui me conviendrait mais très vite les désillusions font surface et je ne suis plus prêt à supporter toutes ces concessions de couple qui m'ont pourri la vie trop d'années durant. Aussi, je vous félicite d'avoir trouvé votre moitié, c'est si précieux, si rare, qu'il vous faut en profiter pleinement. Ce que je ferais peut-être un jour mais visiblement, ce jour n'est pas venu pour moi.

Il rit de nouveau et sans avoir à se forcer car Zacharie n'en est pas encore à se lamenter sur son célibat qu'il affectionne plutôt plus que moins.

-Votre idée d'un dîner me plaît mais elle se fera sans doute à trois plutôt qu'à quatre ! J'attends l'accord de Mademoiselle Moore pour pouvoir investir les cuisines du Memphis, j'ai écrit il y a quelques jours dans ce sens et j'espère avoir une réponse positive car si vous travaillez quelques heures sur vos dossiers à bord, moi j'ai vraiment besoin de perfectionner mes recettes et d'en créer d'autres. Sans mon laboratoire, je suis perdu !

Il regarde Terence et sourit.

-Leila ? Serait-ce une beauté d’Égypte que vous avez pêché dans vos filets ?





Revenir en haut Aller en bas
Terence Walcott

avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 01/11/2015

MessageSujet: Re: [RP] Heure du dîner   Lun 8 Fév 2016 - 19:04

Il écouta Zacharie avec grande attention. Un instant, ses pensées naviguèrent et imaginèrent des salles, toutes identiques. Une enseigne. Un savoir faire. L'évolution du consommateur moyen qui contrairement à lui cherchait la rationalisation dans sa vie de tous les jours, parce que tout simplement ils n'étaient pas forcément maîtres de leur temps, ni de leurs moyens. Le mot de franchise lui revint, et son regard se porta sur son compère du soir, un grand sourire sur le visage.

Si j'étais taquin, je répondrais à Victor Hugo en citant ce philosophe oriental qui disait que la lune ne pourrait pas éclairer le lac la nuit si le soleil ne l'y aidait pas en l'illuminant. Mais ça y est, je comprends maintenant. Vous avez parfaitement capté l'évolution de la société Zacharie. Vous devancez la demande, mieux, vous la créez. Je dois dire que vous me bluffez mon cher. Votre idée peut vous mener à un marché............ Mondial ! 

Les yeux de l'avocat brillaient. L'homme à ses côtés était visionnaire, c'était un créateur, l'un de ces hommes capables de dicter leur bon vouloir au reste du monde. Même lui, qui ne prêtait jamais allégeance, ne considérait personne comme son supérieur, était admiratif. Il leva son verre :

Mon cher, je lève mon verre au succès de votre prochaine entreprise, qu'elle vous apporte ce à quoi vous aspirez le plus. 

Il but son verre et fit signe à Jules de remettre ça. D'ordinaire, tel traitement suffisait à griser la plupart des hommes, mais ce soir, la discussion, l'ambiance faisait que Terence aurait pu siroter ainsi sans discontinuer qu'il n'aurait pu être saoul. Mystère du corps humain, ce soir l'alcool n'altérait pas ses facultés.

Je suis désolé d'avoir abordé un sujet qui doit vous peser. Et désolé également d'apprendre les déboires financiers dans lesquels vous a plongé votre divorce. Je n'ai jamais été marié, et n'ai donc pas eu à traverser ce genre d'épreuve. Qu'on m'en préserve. Mais pour vous répondre, j'ai effectivement rencontré non pas une beauté, mais une perle, une digne descendante de Cléopâtre. Je ne vous la décrirais pas, car vous penseriez que j'exagère et de plus je ne puis me montrer impartial en la matière. Du reste, vous la rencontrerez vous même d'ici quelques temps. Belle et même plus que cela, intelligente et artiste. Elle peint, et possède un réel talent, croyez moi.

Terence pensa un instant qu'il aurait aimé avoir un homme tel que Zac comme associé. Le sien, resté à Los Angeles pour s'occuper du cabinet, était un homme sans idées, très doué pour préparer les plaidoiries, les dossiers, les rendez vous, mais nul pour le reste. Un gratte papier qui plaidait mal, qui n'avait pas de charisme, qui n'était pas rusé. Un homme tel que Zacharie aurait sûrement, dans ce domaine,  été capable comme lui même d'apporter le feu, de combattre jusqu'à l'épuisement, de séduire d'un sourire la jolie jeune jurée, la mère de famille, ou la vieille dame émotive, chargés de prendre une décision sur l'affaire dont il était un des acteurs. La vie était étrange.

Quel dommage que vous ne soyez avocat, quels ravages nous aurions faits ensemble ! Mais le monde à gagné sur un autre plan.

Terence rit de bon coeur. 

Une idée me vient mon ami, permettez moi de vous considérer comme tel. Ce fameux repas dont je vous ai parlé, et auquel je tiens absolument sachez le, pourquoi ne pas y convier celle qui vous ouvrirait les portes de ses cuisines ? Miss Moore elle même ? 
Attention, comprenez moi bien, je n'ai nulle intention de vous voir casé mon cher, vous êtes sûrement autant voir même plus capable que moi de vous dégoter une jeune et jolie femme, il ne s'agit pas de cela, mais simplement, nous ne sommes plus des adolescents, et le temps ou le bon copain tenait la chandelle est depuis longtemps révolu. Inviter Miss Moore en signe de remerciement me paraîtrait être une bonne idée ne croyez vous pas ? Après, bien sûr, vous êtes libre de préférer venir seul, c'est à vous de voir. 

Nouvelle gorgée, fin du cigare. Terence fit signe à un serveur et lui tendit la clé de sa cabine.

Jeune homme, soyez gentil, allez jusqu'à ma cabine et sur la petite table à droite du sofa, vous verrez une boite d'acajou. Prenez y deux cigares et veuillez nous les apporter. Voici pour votre peine.

Terence lui tendit un billet de 50 dollars que le serveur lorgna un moment avant de le saisir d'un geste timide et de s'éloigner, clé en main.

Ainsi mon cher, pourrais je vous faire connaitre le plaisir qu'il y a à aller à El Laguito. Vous ne serez pas déçu croyez moi. Puisque vous avez la bonté de me considérer comme votre ami, et que je vous considère bien évidemment  comme tel, pourrais je faire quelque chose pour vous aider lorsque vous serez à Los Angeles ? Rien ou presque ne m'est impossible dans la cité des anges, et j'adore rendre service aux gens que j'apprécie, alors dites moi. Vous aider pour les démarches ? Vous trouver les locaux, vous les négocier au meilleur prix ? Ou peut être souhaiteriez vous rencontrer le gouverneur ? 

Terence était rarement sincère, car il cherchait toujours la bonne affaire. Mais cette fois ci, c'était différent. Zacharie était un homme droit. Bon, l'avocat n'était pas dupe, pour en arriver la, il fallait que l'homme soit solide, et parfois qu'il joue avec les règles, mais il n'empêchait que l'admiration qu'il avait pour lui faisait qu'il ne souhaitait pas profiter de quoi que ce soit. Son offre était sincère, honnête, elle était celle d'un homme envers un autre homme, d'un ami envers un autre ami. Les loups entre eux ne se dévorent pas. 

En tous les cas, j'espère que vous me ferez signe, que je puisse au moins vous emmener dans quelque soirée des étoiles d'Hollywood. Ces gens sont souvent navrant d'idiotie et de prétention, mais ils donnent des fêtes qu'on n'oublie jamais. De plus, il n'est jamais mauvais pour le lancement d'un établissement que l'une d'entre elle s'y affiche ouvertement, vous me comprenez ? 

Le serveur revint avec les cigares. Terence en tendit un à Zacharie et posa le sien sur le comptoir. 

Tenez d'ailleurs, vous avez un physique d'acteur mon ami, vous auriez fait un malheur à Hollywood ! Les starlettes se seraient étripées comme aujourd'hui les écoles d'hôtellerie pour vous entendre parler juste quelques heures

L'avocat eut un nouveau rire et but une gorgée.

Pourquoi la cuisine mon cher ? Qu'est ce qui vous a amené à ce métier rude d'ou peu sortent comme vous auréolés de gloire ?
Revenir en haut Aller en bas
Zacharie Sanders

avatar

Messages : 158
Date d'inscription : 05/12/2015

MessageSujet: Re: [RP] Heure du dîner   Sam 20 Fév 2016 - 13:02

Terence ne manque pas de répartie et sait rebondir à bon escient. Voilà qui charme le Colonel qui s’ennuierait très vite avec des platitudes de salon. Les discours sans consistance ne sont pas ce qu'il goûte, pire, il les fuit en courant. Hélas, dans sa profession, il est parfois obligé de se coltiner des clients argentés qui lui tiennent le crachoir de longues minutes durant. Dans ce cas, il sourit comme un con, de temps en temps et brode du mieux qu'il peut. Business is Business !

Il lève son verre et trinque avec Terence pour la seconde fois et à priori pas la dernière. Le bar s'est vidé et ils restent seuls à refaire le monde avec un Jules qui doit probablement trouver le temps long.

-Je trinque d'autant plus volontiers que j'espère que cette idée commerciale sera en effet couronnée de succès car j'y crois fermement. L'avenir de la restauration passe par ce type d'établissements.

La description faite de la compagne de son camarade du soir laisse à penser qu'il en est complètement gaga ce qui est plutôt réconfortant pour la gente masculine toujours à se plaindre de ses déboires amoureux. Il ébauche un franc sourire devant la gêne affichée pour sa propre situation.

-Oh ne soyez surtout pas gêné Terence. Je n'en suis pas encore à me lamenter sur mon sort. Je crois avoir encore de beaux jours devant moi et puis qui sait, peut-être ne trouverais-je jamais la perle que vous avez à présent dans votre vie ? Je me demande parfois, si je ne suis pas trop exigeant. Une artiste dites-vous ? Voilà qui laisse imaginer bien des folies. J'ai fréquenté une fois une artiste peintre, nos nuits se sont vues vraiment très colorées, vous pouvez me croire.

Il rit à cette pensée et profite du cigare qui vient de lui être offert. Il est vrai que les saveurs sont encore plus raffinées que celles de ses cigares habituels. Il regarde Terence en hochant la tête à chaque bouffée tirée.

-Une pure merveille ! Vous avez grand intérêt à fermer la porte de votre cabine à triple tour mon Cher ! Je risque, sans quoi, de venir vous cambrioler afin d'assouvir cette nouvelle gourmandise naissante.

Il est clair pour lui qu'à défaut de se rendre à El Laguito, il va trouver le moyen d'expéditions jusqu'à New-York.

-Miss Moore à notre dîner ? Le colonel sourit et s'empresse d'ajouter :
-Ah non Terence ! Des vieilles rombières, je m'en coltine toute l'année dans mes restaurants !

Il éclate de rire en imaginant la miss en question : ventripotente, affublée de lunettes à triples foyers avec un poireau sur le museau et redouble de rire en laissant défiler les images peu engageantes. Dans tous les cas, il ne connaît pas cette miss Moore et ne l'a même jamais croisée, alors il ne sait pas du tout à quoi elle peut ressembler. Il est persuadé qu'il ne peut s'agir que d'une femme âgée pour être à la tête d'un tel empire.

-La cuisine je la connais depuis ma plus tendre enfance. Lorsque ma mère est morte, elle m'a laissé à la tête d'une grande fratrie. Mon père travaillant à l'extérieur toute la journée, il a bien fallu que je me lance dans cette drôle d'entreprise pour nourrir mes frères et sœurs. Et, croyez-le ou pas, petit à petit, j'y ai pris goût et me suis lancé dans des recettes de ma composition, avec nos faibles moyens de l'époque. Voilà comment est née cette passion. Très vite, j'ai ouvert un bar dans lequel j'ai lancé ce fameux poulet frit qui est aujourd’hui l'une de mes marques de fabrique phare et qui fait office de plat américain renommé. Étonnant non ?

Le Colonel sourit, tire une bouffée de son cigare.

-Les destinées sont parfois curieuses vous ne trouvez pas ?
-Et vous ? Êtes-vous tombé dans des manuels de droit en lieu et place de livres de contes ou de fables enfantines ?



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Heure du dîner   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Heure du dîner
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» ANGLADE REMET LES PENDULES A L'HEURE
» Heure du début du draft?
» Dernier heure
» 17h: Heure de Colle pour Clara
» Yoho, quand sonne l'heure...[pv Luth]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RPG - Croisière sur le Nil dans les années 50 -  :: Heure du dîner-
Sauter vers: