Venez écrire l'histoire de votre personnage autour d'une croisière de luxe en Egypte dans les années 1950 - Forum exclusivement RPG -
 
AccueilAccueil  Les News du NilLes News du Nil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RP] Ville de Marsa Alam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Horus
Administrateur
avatar

Messages : 796
Date d'inscription : 08/07/2011

MessageSujet: [RP] Ville de Marsa Alam   Dim 3 Avr 2016 - 15:27

Ville de Marsa Alam


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
jeanne marie de Vilmorin
Animatrice de Bord
avatar

Messages : 524
Date d'inscription : 14/09/2012
Localisation : Champagne - France

MessageSujet: Re: [RP] Ville de Marsa Alam   Mer 13 Avr 2016 - 8:40

Ce qui frappe à Marsa Alam est sans conteste la mer. Elle semble prendre pied jusque dans la ville.
Je m'étais décidée à faire une balade, seule, le long des plages.
Mon regard se perdait sur la surface bleutée du fleuve et accrochait de temps à autre le passage d'un bateau.

Je le suivais du regard me demandant qui était à bord.
Ensuite mes yeux se posaient sur les berges et poursuivaient le trajet d'une charrette tirée par un âne ou la course de gamins affairés.

Il n'étais pas rare de voir travailler de très jeunes enfants et je pensais avec nostalgie à mon enfance dorée dans la propriété de père.
Nous étions chanceux et ne le savions pas.

Un léger coup de vent souleva du sable devant moi et me fit cligner des yeux. Je me mis à tousser et ressenti à nouveau ce vague malaise qui m'avait pris la veille au soir après le repas.

Je décidai de rentrer dans ma suite à l’hôtel.
Si le malaise persistait,  j'irais consulter le docteur du bord car je n'avais pas trop confiance dans la médecine locale.
Revenir en haut Aller en bas
Henri Anderson
Médecin


Messages : 228
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: [RP] Ville de Marsa Alam   Mar 10 Mai 2016 - 11:12

10 mai 1953

Marsa Alam... Puisque le bateau était à quai, que nous faisions tous une halte dans cette ville côtière, il me fallait profiter de cette escale pour goûter enfin aux plaisirs de fouler la terre ferme. Et puisque mon détour par la plage s'était avérée assez... Peu concluant, j'avais besoin de me ressourcer un peu, de faire le point sur ma vie, sur ses déboires... Et en trouver le sens aussi, ce serait pas mal!
J'avais conscience que j'espérais beaucoup. Et que j'avais attendu beaucoup, aussi, en retour, de Claire. Je ne pouvais l'obliger à me supporter et je ne pouvais pas me forcer, non plus, à n'être ce que je n'étais pas.
La vie était ainsi faite, emplie d'espoirs et de rêves, pour beaucoup souvent, hélas, illusoires.

Cheminant au gré de mes envies, flânant sans vraiment savoir où allaient me mener mes pas, je prenais, ce matin là, le temps de vivre. La ville était assez calme, peu mouvementée... Et c'était bien comme ça. Pour un peu, ça me rappellerait presque mon enfance à Saint Gabriel, village côtier où la pêche était la principale activité.
Moi, pêcher ? Non, j'étais une vraie brêle dans cette activité! Si, dans un groupe, il fallait casser sa ligne, sa canne, ou, même, tomber à l'eau, j'étais celui là! Et les trois en même temps, parfois! Si si, je vous assure!
heureusement que, pour la médecine, j'étais bien plus doué. En partant faire mes études, d'ailleurs, à Montréal, j'avais perdu de vue tous mes amis de l'époque, les vrais, ceux avec qui j'entretenais une vraie relation d'amitié. Depuis... Je me sentais seul, vraiment seul. Et depuis la mort de mes parents, je touchais vraiment le fond...

Les mains dans les poches, je fixais l'horizon, lorsque, devant moi, passa une femme que je crus reconnaître. Mais oui! Mademoiselle de Vilmorin, l'animatrice de bord! Mais... Elle semblait ne pas aller très bien, non ?
Fissa je m'avançais vers elle, d'un pas décidé, et l'attrapa délicatement par le bas.


- Mademoiselle de Vilmorin ? Tout va bien ?

Au moins, sa rencontre fortuite avait le don de me faire oublier mes états d'âmes passagers et ma profonde nostalgie des paysages québécois.
Revenir en haut Aller en bas
jeanne marie de Vilmorin
Animatrice de Bord
avatar

Messages : 524
Date d'inscription : 14/09/2012
Localisation : Champagne - France

MessageSujet: Re: [RP] Ville de Marsa Alam   Mar 10 Mai 2016 - 15:27

Quand on parle du loup !....

Une légère pression sur mon bras et un accent canadien me font me retourner.

-" oh Docteur ! je pensais justement à vous ... euh...professionnellement parlant ...mais le plaisir de cette rencontre fortuite est bien plus agréable !
rassurez vous je vais bien si ce n'est un léger mal de tête. Je dois avoir mal digéré le repas d'hier..."

Je me rendis soudain compte que j'étais heureuse de le rencontrer, soulagée de pouvoir parler avec quelqu'un de connu, rassurée également d'être en compagnie d'un homme.
Immédiatement les regards des autochtones changèrent et je poussai un soupir de soulagement.


-" je pense surtout que je souffre  de solitude pour l'instant  lui avouais je en levant un peu les sourcils dans un geste fataliste  je suis très indépendante mais être femme dans ce pays est....disons...  inquiétant : on se sent observée, épiée, analysée et même méprisée.

En tout cas je suis sincèrement heureuse de vous voir !"


Et c'était sincère. je n'avais guère eu l'occasion de faire connaissance avec ce membre de l'équipage et nous ne nous étions croisé que deux ou trois fois lors de réunions formelles dans le bureau de Kimberley ou à l'infirmerie.

"- si vous avez le temps et si ma présence ne perturbe  pas  vos projets immédiats,  cela vous dirait il d'aller voir les pêcheurs ? je n'osai y aller seule car la présence d'une femme en ces lieux est mal vue ..."
Revenir en haut Aller en bas
Henri Anderson
Médecin


Messages : 228
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: [RP] Ville de Marsa Alam   Mar 10 Mai 2016 - 15:57

Lire de la joie et de l'apaisement sur le visage d'une femme en ma compagnie c'était, ces derniers temps, suffisamment rare pour être reporté dans les annales! Et cet air soulagé me réconfortait un peu également. D'une pierre deux coups en somme.
Lui proposant mon bras, je m'évertuais à lui répondre, mon sourire franc revenant sur mes lèvres. Tiens, je le pensais enfui à tout jamais au fin fond des bois. Quoique... Pas certain qu'il y en ai vraiment dans le coin, des bois!

- Un plaisir partagé Mademoiselle de Vilmorin, même si ce n'est que professionnel!

Riant doucement, faisant référence à son petit lapsus, j'étais un peu amusé d'un éventuel quiproquo. Loin de moi l'idée de faire du charme à une femme pour le moment. Ces derniers temps, voyez vous, j'avais eu ma dose! Les histoires compliqués et sans avenir, très peu pour moi!
En tous cas, elle sentait en assez bonne santé donc... Aucune réserve quant à la suite. De toute façon, si elle se sentait mal, je serais là!


- Ce pays est, je le crains, assez conservateur sur la place de la femme dans nos sociétés. Il faudrait, à l'occasion, que vous visitiez le Québec, cela vous changerait de ce que nous voyons ici! Enfin... Le climat prioritairement!

Ne cessant de plaisanter, j'attendais que Jeanne Marie s'accroche à mon bras pour l'aider à avancer et lui permettre de reprendre sa promenade avortée.

- En tous cas, cela serait un plaisir de vous escorter là où vous le désirerez. Outre vous "protéger", cela me permettrait de visiter un peu le pays, également. J'en ai peu vu jusqu'à présent, bien trop occupé dans mon cabinet.

Et dans le lit de Claire ? Oui, aussi sans doute. mais il était certain que je n'y remettrais pas les pieds désormais. Ni autre chose d'ailleurs. Le savoir vivre m'empêchait d'évoquer tout ce "passé amoureux", surtout en compagnie d'une femme aussi élégante et bien élevée que l'animatrice de bord. Elle ressemblait un peu à ces femmes que je côtoyais autrefois, avant la descente aux enfers. Une certaine classe, une pointe d'élégance... Rien de vulgaire n'émanait de sa sympathique personne.
En tous cas, voir quelques pêcheurs à l'oeuvre serait agréable et me rappellerait, avec nostalgie, mon enfance à Saint Gabriel... Tiens, j'y pensais un peu avant de la croiser, fort justement. Les grands esprits se rencontraient ils ?!
Revenir en haut Aller en bas
jeanne marie de Vilmorin
Animatrice de Bord
avatar

Messages : 524
Date d'inscription : 14/09/2012
Localisation : Champagne - France

MessageSujet: Re: [RP] Ville de Marsa Alam   Mer 11 Mai 2016 - 12:53

En homme galant qu'il était, le docteur Anderson me présenta son bras.

-" Visiter le Canada ??? pourquoi pas ? je n'ai pas encore quitté l'Europe, tout d'abord à cause des événements dramatiques que nous avons connus jusqu'en 45 et ensuite à cause de mes études. Ma vie est entrain de prendre forme et de changer... alors, oui, pourquoi pas ??"

Un frisson me parcouru le corps. Etre au bras d'un fort bel homme, courtois et agréable de surcroît était un projet aussi plaisant qu'immédiat, qui me ravissait.
J'enveloppais donc ce bras sauveur et chaleureux en glissant ma main dans l'angle de son coude.


-" Vous me voyez ravie de pouvoir vous servir de guide. Je me suis énormément documentée sur cette ville. il me semble la connaitre...comme ma poche ajoutais je en riant
Les pêcheurs sont surtout regroupés par là .."

Je tendais le doigt en direction d'un point précis de la côte. On distinguait à peine quelques barques et une cahute contre laquelle patientait un âne bâté.

Je regardai mon compagnon de route et lui demandai, tout en me sentant rougir :

-" vous pouvez m'appeler Jeanne Marie si vous le souhaitez. Me permettez vous de vous appeler Henry ?"

Afin de cacher le trouble qui naissait en moi, je relevai la tête et mis mon autre main en visière : "ca y est ! j'aperçois des pêcheurs cette fois ! approchons nous si vous voulez bien "

J'ignorais, à cet instant, que cette simple phrase allait déclencher un drame.
Revenir en haut Aller en bas
Henri Anderson
Médecin


Messages : 228
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: [RP] Ville de Marsa Alam   Mer 11 Mai 2016 - 14:32

Partager un moment de repos et de découverte aux côtés de la discrète Jeanne Marie me permettrait de la découvrir davantage et de mieux la connaître. Fort occupé que j'étais de mon côté, tout comme elle du sien, nous n'avions jamais eu l'occasion d'échanger plus que quelques banalités, faisant tous deux partis du même équipage, au service des passagers. Enfin, du peu que je me souvenais, il me semblait que la demoiselle se trouvait, à la base, être une passagère, non ? Ou alors ma mémoire me faisait défaut... Depuis mes retrouvailles avec le démon nommé alcool, il me semblait, parfois, perdre quelques bribes de souvenirs. J'espérais que cela ne serait que passager. En tous cas, je faisais des efforts pour lutter, seul, contre ce fléau qui cherchait à triompher de mon être! Le seul soutien que j'avais pu espérer n'était pas venu à ma rencontre... Et tous les espoirs nés avec cette personne s'étaient alors évanouis, comme la poussière soufflée par le vent malicieux.

Cheminant aux côtés de Jeanne Marie, dans la direction indiquée, je laissais mon esprit au repos, loin de tous ces questionnements qui le tenaient parfois éveillé la nuit, afin de me concentrer sur son agréable présence.


- M'appeler Henri ? Bien sûr que vous le pouvez! J'essaierais de vous appeler par votre prénom en retour mais pardonnez moi si je me trompe parfois... Non que j'oublie les noms mais je suis tellement habituée à nommer tout le monde par leur noms de famille! Déformation professionnelle dirons nous!

Il était vrai que mes patients, d'aussi loin que je me souvienne, je les nommais par leur patronyme... Question de politesse, y compris avec ceux qui bataillaient pour que je les appelle par leur prénom. Peut être une manière de ne pas copiner aussi ?
Riant doucement, je posais ma main sur celle qu'elle avait glissé à mon coude, terminant de l'envelopper de ma présence rassurante. Ma haute stature devait y être pour beaucoup j'imagine!
Loin de me douter que je pouvais la troubler, nous nous approchions de la cahute et de l'âne qui y patientait paisiblement.


- Prenez garde Jeanne Marie, je ne voudrais pas que vous vous preniez un mauvais coup. Il paraît que les ânes sont susceptibles!

La taquinant un peu, je la tirais un peu plus vers moi, tout en continuant de rire.
Le paysage que nous découvrions, un peu plus loin, était pittoresque : des pêcheurs, utilisant des méthodes semblait il reculés voire, parfois, arriérées. Je n'avais pas vu de tels procédés depuis mon enfance.


- Il semblerait que le peuple Egyptien se soit arrêté il y a quelques années, niveau progrès...

La réflexion n'était pas spécialement méchante, je ne faisais là qu'une constatation comparé à nos pays industrialisés. Eux, au moins, ils avaient conservé la douceur de vivre...
Revenir en haut Aller en bas
jeanne marie de Vilmorin
Animatrice de Bord
avatar

Messages : 524
Date d'inscription : 14/09/2012
Localisation : Champagne - France

MessageSujet: Re: [RP] Ville de Marsa Alam   Mer 11 Mai 2016 - 17:09

Les ânes sont des êtres susceptibles ?
J'allais m'en étonner lorsque je croisai le regard amusé de mon compagnon. Je me mis à rire

-" j'allais presque vous croire ! n'ayant eu que des chevaux je n'y connais rien aux ânes si ce n'est qu'en France notre voisin en possède deux très paisibles qui tirent la voiturette de ses petits enfants lorsque la famille se promène le dimanche. C'est assez amusant à voir."

Nous approchions de pêcheurs et je relevai les sourcils, étonnée moi aussi du tableau qu'ils offraient.

-" oui sans aucun doute répondis je à voix basse. La pêche a toujours été essentielle en Egypte depuis l'antiquité car le poisson est sans conteste une source de nourriture abondante.
Savez vous que les Egyptiens connaissaient la pêche au harpon et les techniques de traîne de ligne équipées de plusieurs hameçons dès 3000 ans avant jésus Christ ?
J'ai lu cela lorsque j'ai préparé la première croisière. En temps qu'animatrice de bord nous sommes tenues de pouvoir répondre à la plupart des questions des passagers... et Dieu sait s'ils en posent !!"

Je me remis à rire doucement en songeant à certaines personnes et levai les yeux au ciel en secouant légèrement le tête

-" mais d'autre part il est toujours bon d'apprendre"

La main d'Henry restait définitivement posée sur la mienne et c'est presque soudés l'un à l'autre que nous nous étions approchés des travailleurs.

Des nasses d'osier étaient posées sur le sable et quelques pécheurs, debout sur de légères embarcations lançaient des filets.

Lâchant le bras rassurant d'Henry, je voulu toucher une nasse afin de voir exactement comment elle était construite mais aussitôt une flopée d'invectives se fit entendre.
Trois hommes d'allure patibulaire me faisaient des signes agressifs tout en approchant à grands pas. Ils parlaient arabe. Je ne comprenais rien.
Je me tournai vers Henry en ouvrant et fermant les bras dans un geste fataliste


-" vous comprenez ce qu'ils veulent ou ne veulent pas ???"
Revenir en haut Aller en bas
Henri Anderson
Médecin


Messages : 228
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: [RP] Ville de Marsa Alam   Mer 11 Mai 2016 - 22:46

Ma compagne de route en connaissait un rayon sur la civilisation Egyptienne visiblement. Elle ne tarda d'ailleurs pas à se justifier sur les raisons de de tels savoirs. Mais, au fond, je trouvais cela enrichissant et, aussi, adorable de rencontrer une femme qui avait plus qu'un peu de jugeote et de jolies formes. Et bien oui, il me fallait bien l'avouer, j'étais un homme avant tout! Jeanne Marie était loin d'être désagréable à regarder... Mais loin moi l'idée de chercher davantage. Plus de précipitation désormais, je laissais faire le temps et j'agirais selon les opportunités et mes propres envies. Et puis, avant tout, il fallait que je me soigne.. Oups!

Non, pas "oups", concernant mon éventuel état d'ébriété - qui n'était pas présent à cet instant, j'étais tout à fait sobre, si si! - mais plutôt au sujet de ces trois types apparemment énervés qui s'approchaient de nous.
N'écoutant que mon courage, j'avançais pour m'interposer, et protéger ainsi Jeanne Marie, tout en lui exprimant mon ressenti, ce qu'elle cherchait, d'ailleurs, à connaître!


- Honnêtement, je ne comprends pas un traitre mot de leur dialecte... Mais je crois qu'ils n'ont pas apprécié que vous approchiez leurs affaires...

Avec mon accent québécois à couper au couteau, j'incarnais un réel contraste avec ces gens du Sud... Bien plus au Sud que moi! Moi, le grand dadais venus du froid et, eux, les pêcheurs au teint basané et buriné par le soleil agressif. Un vrai contraste je vous dis!

- Messieurs, messieurs! Pardonnez nous, nous sommes des touristes et nous ne savions pas qu'il était interdit de toucher vos... Outils.

Les paumes levée en leur direction, je tentais de calmer le jeu, conscient que la barrière de la langue ne plaiderait pas en notre faveur. Mais il me fallait protéger ma compagne de route en toute circonstance, devoir des hommes courtois et gentleman, et... Ah!
Une idée jaillissant brusquement dans mon esprit, je tendais le bras vers Jeanne Marie pour entourer ses épaules et la faire venir à mes côtés, espérant, ainsi, convaincre les autochtones de notre "situation". Je doutais un peu qu'elle apprécierait.

- C'est mon épouse... Excusez nous, nous ne recommencerons plus!

Me tournant vers mon amie, un discret clin d'oeil en sa direction en espérant qu'elle marche dans la combine, j'ajoutais alors :

- Chérie, présente leur tes excuses, je suis sûr qu'entre gens civilisés, nous saurons nous entendre!

Les derniers propos avaient été ajoutés en fixant les Egyptiens mécontents. Espérons que cela s'arrange, je ne voulais pas finir en appât pour la pêche!
Revenir en haut Aller en bas
jeanne marie de Vilmorin
Animatrice de Bord
avatar

Messages : 524
Date d'inscription : 14/09/2012
Localisation : Champagne - France

MessageSujet: Re: [RP] Ville de Marsa Alam   Jeu 12 Mai 2016 - 16:51

Voyant les trois hommes aux mines patibulaires s'avancer vers moi de façon agressive, je restai pétrifiée un court instant ne sachant vraiment pas où j'avais commis de faute.
Après tout je voulais admirer le travail de construction des nasses et pas en voler une !

Plus je les voyais s'approcher plus je me disais que c'était moins mon geste que ma condition de femme qui avait déclenché cette réaction.

Henry s'interposa de façon imposante et m'offrit le luxe de la protection de son bras en affirmant m'avoir épousée.
A l'instant même, je fus prise entre deux sentiments absolument contradictoires : l'envie de ce geste se prolonge car, au grand jamais, un homme n'avait réagi d'une façon si chevaleresque pour moi et d'autre part j'avais envie de fuir autant que possible cette situation.
Quand à m'excuser ... il en avait de bonnes mon "mari".
Je doutais fort que le moindre son sortant de la bouche d'une européenne dans un français impeccable fasse un quelconque effet sur ces hommes simples dont je venais de troubler la quiétude de l'heure de la prière. Je le compris en remarquant soudain de petits tapis étalés sur le sable.

Celui qui avait réagi en premier lieu était un gaillard relativement grand avec des yeux aussi noirs que méchants.
Les cheveux cachés sous un turban, il portait un pantalon court, une tunique sale et allait pieds nus.

Alors que j'ouvrai la bouche un homme déboula, sorti de nulle part et se mit à invectiver le gaillard en l'appelant par son prénom puis se tournant vers nous il hurla dans un français approximatif " la femme, partir, la femme partir !"

Mais au moment ou il tournait à nouveau le visage vers mon agresseur, un coup de poing l'allongea sur le sable.
Aussitôt d'autres hommes se relevèrent, accoururent et la bagarre fut générale entre les deux clans.

Notre "défenseur" gisait, passablement sonné. Du sang lui coulait du nez.
Je jetai un regard désespéré vers Henry

-" on le secours ou on fuit ??" -

Dans toutes les religions on porte secours ses amis comme ses ennemis. N'écoutant que mon sens du devoir et lâchant une nouvelle fois le bras réconfortant de mon compagnon je me précipitai vers le blessé comme je l'aurais fait pour n'importe quel passager du Memphis, cherchant déjà un mouchoir ou un tissu quelconque dans mon sac.
C'était ignorer totalement les us et coutumes de ce pays ......


Revenir en haut Aller en bas
Henri Anderson
Médecin


Messages : 228
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: [RP] Ville de Marsa Alam   Jeu 12 Mai 2016 - 22:05

-Jeanne Marie!

Dans un geste désespéré, je tentais de la retenir. Mon instinct m'alertait : si elle restait là, si elle se mettait en avant pour le secourir, elle aurait des problèmes. Je le sentais!
Mais ce que femme veut... Secouant la tête à son entêtement, ne lui en voulant pourtant pas le moins du monde pour cet acte de gentillesse désintéressé, je la suivais et prît les choses en main en sortant un mouchoir de ma poche de pantalon afin de le coller sur le nez du pauvre homme qui avait tenté de prendre la défense de mon amie.


- Pardonnez moi de vous volé la vedette mais je crains fort que ces hommes n'apprécient guère votre contact.

Lui dire le fond de ma pensée, de cette manière, manquait peut être de tact mais, plus j'observais la scène, plus je notais l'absence absolue de la gente féminine. N'y avait il pas d'épouse, de mère, dans ce fichu pays arriéré ? Oui, c'était là, en tout et pour tout, le fond le plus extrême de mes pensées! Rien qu'à l'idée qu'un homme ai pu vouloir s'en prendre à une femme aussi douce qu'elle... Mon sang ne faisait qu'un tour!

- J'ai manqué de réflexes et ce pauvre homme en a fait les frais...

Je soupirais, l'homme émergeait doucement en même temps.

- Si seulement le mouchoir avait pu être mouillé, cela aurait mieux désenflé...
Et, me concentrant alors définitivement sur l'homme Monsieur ? Tout va bien ? Votre nez risque d'être un peu enflé quelques jours mais rien de grave, cela s'atténuera.

Avec quelques gestes, je tentais de lui faire comprendre le sens de mes mots de manière rudimentaire. En arrière plan, la bagarre battait toujours son plein, aussi, tendais je une main vers Jeanne Marie.

- Nous devrions partir... Et vite!

Puis, regardant de nouveau l'homme :

- Merci... Merci beaucoup de nous avoir aidé.

Hochant la tête, léger sourire aux lèvres, je lui montrais alors ma gratitude tandis que j'essayais d'extirper Jeanne Marie de là. J'espérais, sincèrement, qu'elle ne voudrait pas s'attarder. Plus pour sa sécurité que la mienne!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Ville de Marsa Alam   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Ville de Marsa Alam
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens
» Haiti : Cazal une ville , une histoire
» Pétion –Ville ; mairesse Ludie Parent ap danse kompas !
» Les bandits dictent leur loi, au centre ville les autorités abdiquent
» Catastrophe naturelle en perspective a Petion-Ville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RPG - Croisière sur le Nil dans les années 50 -  :: La Ville-
Sauter vers: