Venez écrire l'histoire de votre personnage autour d'une croisière de luxe en Egypte dans les années 1950 - Forum exclusivement RPG -
 
AccueilAccueil  Les News du NilLes News du Nil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RP] Restaurants : heure du Déjeuner

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Horus
Administrateur
avatar

Messages : 796
Date d'inscription : 08/07/2011

MessageSujet: [RP] Restaurants : heure du Déjeuner   Dim 3 Avr 2016 - 15:31

Restaurants : heure du Déjeuner


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Eric Delaroche

avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 07/11/2011

MessageSujet: Re: [RP] Restaurants : heure du Déjeuner   Jeu 14 Avr 2016 - 18:38

aller de l'hôtel à la ville à pieds était un peu présomptueux. Trop long et un soleil trop chaud à remonter cette route qui bordait la mer. Ils prirent donc un taxi et se trouvèrent un restaurant simple où l'on pouvait manger aussi bien de la cuisine européenne que des plats locaux. La ville était calme et semblait dormir sous le soleil. la terrasse du restaurant surplombait légèrement la mer rouge qui était d'un bleu magnifique. Elle s'étalait à perte de vue :
C'est magnifique ici, reconnut Eric ! Ca me change du décor habituel de mon bureau. Si j'avais le choix, j'aimerais bien mourir ici.
Lui et Louise étaient assis en vis à vis, la mer s'étalait à côté. Le restaurant était loin d'être plein, on leur tendit la carte après leur avoir servi un vin blanc sucré en apéritif. Eric se trouvait bien à cet instant :
On a l'impression que le monde s'est arrêté de tourner, comme si il cherchait à souffler un peu et à se reposer. Ca ne te fait pas cette impression ?

C'est vrai que l'heure était douce. Tout était calme autour d'eux, les serveurs et le personnel évoluaient silencieusement autour d'eux et les autres clients parlaient à voix basse. Ce n'était pas le moment d'aborder les sujets épineux. Se resservant un verre, Eric le leva devant le nez de Louise et dit :
Je bois à la jeune femme qui me fait l'honneur de sa compagnie. Tu as vu que cette ville est cernée d'hôtels ? Et à mon avis, ça va empirer au fils des ans ! Elle va vite perdre son côté paradis terrestre. En attendant on est mieux là que sur la Méditerranée.

Louise lui semblait de bonne humeur ce matin là. A quoi pouvait elle bien occuper ses journées quand Eric n'étais pas avec elle. Il ne lui connaissait pas de relations ni d'amis ni personne avec qui elle parlait régulièrement. Son côté taciturne et ses réflexions souvent sèches devaient en détourner plusieurs mais Eric savait que ce n'était qu'une façade, un vernis, quand elle voulait, Louise Belmont pouvait se montrer charmante.
Tu sais ce qu'on devrait faire puisque tu as de l'argent à ne plus savoir qu'en faire ? Et bien c'est d'essayer chacun de ses hôtels au moins une fois, d'y faire l'amour, de les noter afin d'établir un classement. On donnerait ça à Claire, elle publierait notre enquête dans la Gazette ! Ca devrait intéresser du monde !

Il rit en la caressant d'un chaud regard. Il avait soudain envie de faire le fou. Attrapant une olive noire, il la glissa dans son décolleté.

Revenir en haut Aller en bas
Louise Belmont



Messages : 459
Date d'inscription : 14/09/2012

MessageSujet: Re: [RP] Restaurants : heure du Déjeuner   Ven 15 Avr 2016 - 14:13

Le 11 avril 1953, tout début d'après midi.

Se faire inviter au restaurant par le détective ? Louise ne s'y attendait vraiment pas, connaissant les fins de mois un peu difficiles qu'il pouvait être amené à traverser. Aurait il touché le jackpot ? Ou, plus simplement, enfin encaissé l'argent qu'elle lui avait promis ? Rien que troquer le bracelet qu'elle lui avait offert comme une prime aurait largement suffit à lui garantir des fins de mois confortables.
Voilà un sujet dont elle aurait bien discuté avec lui. Mais le cadre idyllique des lieux ne s'y prêtait vraiment pas. Et puis... La Belmont saurait bien assez tôt si une aussi grosse somme s'était envolée de son compte. Nul doute que son père et tous les experts financiers qui l'entouraient en feraient presque une crise cardiaque le moment venu. Ah! Si seulement cela pouvait se produire tiens! Rien que cette idée laissait Louise rêveuse... D'un avenir plus doux, plus serein : un futur où elle pourrait enfin vivre comme bon lui semblait.

La voix d'Eric, ainsi que sa présence dans sa globalité, n'entachait en rien le charme de l'instant. Bien au contraire même. Fort de sa plaisanterie plus coquine, la jeune femme ne s'empêcha pas d'en rire, avec toute la grâce et la délicatesse qui la caractérisait cependant. Cette parisienne là n'était en rien comme son amie journaliste, tellement exubérante!
Et, alors qu'elle reposait son verre, prête à accepter cette tournée de folie dans les jours et heures à venir, voilà qu'un petit importun se glissa dans son corsage!
Fixant Eric, d'un oeil taquin, elle lui souffla :


- Et comment fais je, maintenant, pour l'extraire sans me faire remarquer ? Une petite idée mon cher ?

Les doigts fins de la jeune femme jouait avec une serviette présente sur la table, tandis que, de son pied fraichement déchaussé, elle ne perdît pas un instant pour glisser sa jambe le long de celle de son acolyte, en remontant très doucement... Utiles ces nappes, pardi!
Revenir en haut Aller en bas
Eric Delaroche

avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 07/11/2011

MessageSujet: Re: [RP] Restaurants : heure du Déjeuner   Ven 15 Avr 2016 - 18:47

Eric aurait bien aimé se glisser à la suite de l'olive dans le décolleté de Louise. Il n'ignorait en rien de ce qui se cachait à l'intérieur étant un fervent admirateur des seins de la jeune femme et ayant plus qu'un autre le privilège de leurs faire fête certaines nuits chaudes mais, ce petit plaisir charnel lui revenait comme un dessert d'enfants. On a beau se gaver de mousse au chocolat on répond toujours présent quand on nous en propose.
En compensation, il avait le pied de Louise, partie de son corps qui ne manquait pas de charme non plus , qui se promenait le long de ses jambes. Il ls étala, pour rendre l'exercice plus facile à son amie :

Appelle un serveur ! Il sera très heureux de te dépanner ! ... Sinon, tu me la laisses au chaud, je la mangerai plus tard.

Eric s'étira. Il adorait rien faire, ce farniente qui pesait sur eux lui allait bien. Exit le problème Merle, le bras de Louise s'était bien remis, elle ne gardait aucune trace de la balle qui avait couru dessus.  
Qu'est ce qu'on est bien ici, tu ne trouves pas ! Je crois que je vais m'installer à Marsa Alam ! Je vivrai de pêche ou j'ouvrirai une boutique pour touristes. Malgré ses problèmes internes, l'Egypte reste une des destinations préférées des touristes. Et qui dit touristes, dit gens fortunés, ... comme toi ! ... Avec un peu de chance, je pourrais même trouver un emploi de gigolo dans un de ces hôtels de luxe ! Satisfaire physiquement quelques mémères fortunées que les maris délaissent, ... je crois que j'aimerais bien ! C'est dans mes cordes, pas trop fatiguant ! ... Et, ne t'inquiète pas je garderai des forces pour mes nuits avec toi !  

Il se mit à rire. Il aimait ainsi dire des bêtises, espérant voir Louise râler un peu :
Il y a des fruits de mer sur la carte, ça te dit ? ... Après tout, je n'ai pas très faim, il fait trop chaud. On peut manger léger et se rattrapera ce soir.
Il la regarda dans les yeux et prit une main qu'il caressa tendrement. Le pied de Louise sur sa jambe continuait ses caresses qu'il savourait une à une :
Pour parler plus sérieusement, le coin me plait ! La mer, le soleil, le sable ... il n'en faut pas plus aux hommes simples pour être heureux. Tu en penses quoi ? ... Tu te verrais vivre ici un an ou deux loin de Papa Belmont ? Se tremper tous les matins dans la mer rouge c'est toujours mieux que de plonger dans un métro ou courir après un taxi ! ... Non ?
Revenir en haut Aller en bas
Louise Belmont



Messages : 459
Date d'inscription : 14/09/2012

MessageSujet: Re: [RP] Restaurants : heure du Déjeuner   Sam 16 Avr 2016 - 14:00

L'idée même de laisser une olive dans son décolleté jusqu'à pas d'heure et avec une telle chaleur finît par décider Louise à l'extraire délicatement du bout de ses longs et fins doigts. Le met indélicat et coquin retiré de cette zone de confort, la jeune femme hésita... Pouvait elle seulement la propose aux lèvres d'Eric sans que le trouble n'agite le restaurant ? A trop s'approcher et se frôler, l'incendie risquait de se déclencher, sans crier gare!
Ainsi, résolue à être un tantinet plus sage, l'héritière la reposa au centre de la table, sur une serviette... A contre coeur, bien évidemment.

Mais, alors même que l'opération "Olive sans Popeye" venait d'être menée à bien, le détective la désarçonna par ses propos. Jouer les gigolos pour des mémères fortunées ? Et puis quoi encore ?!
Le regard de braise de la Louisette se raviva, la tempête grondant à l'intérieur du corps de la frêle jeune femme. Pourquoi s'évertuait il à éveiller la louve endormie ? Le faisait il exprès ? A voir son sourire satisfait et à entendre ses rires ensuite, il était évident que oui!
Pour réponse immédiate, elle le snoba, plongeant le nez dans la carte quand il lui évoqua les fruits de mer. Bon... Autant chercher de quoi se satisfaire l'estomac. Chaque chose en son temps...

Là encore, rebelote! Les propos qu'il tînt à son égard dissipèrent la colère aussi vite apparue. Vivre en Egypte, un an ou deux ? Loin de Théodore ? Mais... Lui proposait il de vivre là, avec elle ?
Un peu secouée par ses propos inattendus, Louise en fît tomber le menu de ses mains et fixa le beau brun, un peu sonnée et le regard surpris.


- Vivre ici... ?

Ces quelques mots murmurés s'échappèrent de ses lèvres charnues, laissant présager que l'esprit vif de la Louisette carburait à deux cent à l'heure sous sa tignasse brune. Qu'allait elle bien pouvoir lui répondre ?
Quelques secondes interminables plus tard, la jeune femme referma le menu et posa ses mains jointes dessus, fixant de nouveau Eric avec un regard des plus taquins et un fin sourire étirant ses lèvres.


- Ma seule condition serait que tu trouves un autre travail que gigolo... Hors de question que tu t'occupes d'une autre que moi.

Riant doucement, Louise s'adossa plus confortablement sur son siège, ses pieds remontant un peu plus haut, pour ne pas dire bien plus haut, sur les jambes d'Eric. A un endroit stratégique pour être plus exact!
Les deux comparses n'avaient jamais officialisé leur "relation". Aussi la proposition d'Eric avait surpris la belle.. Tout autant qu'évoquer une certaine fidélité était inattendu de sa part. Voyait il seulement leur relation du même oeil qu'elle ?
Et elle reprît, l'air un peu plus sérieux, malgré les gestes délictueux et sensuels esquissés à l'égard de son partenaire.


- Honnêtement, je n'ai pas envie de rentrer à Paris. Oh, je sais... Il faudra que je trouve un travail ici et je sais aussi que ce ne sera pas facile. Mais, si c'est pour vivre à tes côtés, ne serait ce que quelques années d'une passion absolue, je suis tout à fait partante.

Un léger sourire, un regard vers la Mer Rouge un peu plus loin, et la jeune femme reprît à nouveau.

- J'ai conscience que ce que nous vivons toi et moi est loin d'être commun. Je sais aussi que nous ne sommes pas doués en cette chose que l'on nomme "amour"... D'ailleurs, en sommes nous victimes ? Je ne le sais même pas, car je ne connais pas tes sentiments à mon égard, au delà de nos nuits ensemble...

Malgré tout, elle savait que, si sa proposition était sérieuse, il y avait bien autre chose. Mais l'entendre de sa bouche, en des termes clairs, était différent.

- Mais je ne te force en rien. Si amour il y a... Je finirais bien par le savoir. Et si c'est autre chose, si c'est juste une idylle éphémère, nous le saurons aussi rapidement.

Lui souriant tendrement, Louise ne cessait de scruter son regard, de chercher le moindre petit indice qui la mettrait sur la voie. Depuis le début de leur histoire, elle ne s'était jamais vraiment posé de questions. Mais elle savait, au moins, qu'elle l'aimait. Cela lui était venu, un jour comme un autre, comme ça, sans prévenir. Les sentiments s'étaient immiscés, petit à petit, dans une liaison purement charnelle et sans soucis d'avenir.
Qu'allait il en être maintenant ? Elle acceptait de vivre, auprès de lui, en Egypte. Mais... En quelle qualité ? Amie, amante, plus ? Eric seul possédait la clé.
Revenir en haut Aller en bas
Eric Delaroche

avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 07/11/2011

MessageSujet: Re: [RP] Restaurants : heure du Déjeuner   Dim 17 Avr 2016 - 18:18

Il la vit s'offusquer quand il employa le terme " gigolo " ! Ce dernier n'avait pas d'autre but que de faire " ronfler " la jolie Belmont ! Gigolo ? Si elle le connaissait mieux, elle saurait tout de suite que non seulement il n'était pas fait pour ce métier mais qu'en plus, il n'y éprouverait aucun plaisir à le pratiquer. Mais Louise avait encore du mal à cerner les frontières de son humour.
Et si cette belle journée, loin du Memphis et des têtes habituelles était une occasion de parler enfin plus  sérieusement ? Se retrouver la nuit pour partager un plaisir qui, certes leur apportait du calme et volupté, petit pied de nez à la grisaille de leur quotidien habituel et à leurs ennuis respectifs, ne pouvait être qu'une étape dans leur relation. A l'amour des corps, si souvent renouvelé, l'amour des coeurs devait répondre comme un écho mais dans un silence que ni l'un ni l'autre ne souhaitait troubler de peur peut-être d'y faire face.
Eric remisa le mode comique au fond de sa poche et dit avec sérieux :

Laisse tomber gigolo ! Ce n'était qu'une idiotie, je n'ai aucune vocation pour ce métier ! Mon nom à moi et Eric Delaroche, pas Philippe de Merle !

Louise avait dû elle aussi percevoir que c'était le moment de parler plus intimement. Sans doute le désirait-elle depuis plus longtemps que lui. Elle se mit à évoquer une possibilité de vie ici à Marsa Alam avec lui. Eric n'avait lancé ça que comme un projet fou, comme celui qu'il faisait petit d'aller un jour voir ce qu'il y avait sur la face caché de la lune. Il n'avait jamais eu l'intention de ne pas regagner Paris et son travail une fois la croisière terminée. A dire vrai, dans ces projets, à cette date d'avril 1953, il s'était vu marier avec Jeanne. Il avait trop rêvé, la jeune demoiselles des champagnes avait d'autres priorités que d'épouser un détective privé, bien qu'il fut son premier amant.
Le désenchantement fut terrible, mais Eric avait refait surface et l'étrange brunette nommée Louise Belmont n'y était pas pour rien. Mais l'homme se méfiait désormais des petites bourgeoises à marier. Il voulait bien dégringoler une fois mais repasser par le même chemin pour repiquer au fond du gouffre relevait du masochisme pur et dur, même si il y avait un monde entre Jeanne et Louise. Très peu pour lui les petites capricieuses fortunées.

Des mots de Louise lui firent dresser les oreilles :  

Travailler ? ... Pourquoi voudrais-tu travailler ici ? ... Quel vilain mot dans la bouche d'une jeune femme aussi riche !
Tiens, d'ailleurs, à combien pouvait se monter la fortune de Louise Belmont ? Fille unique et par là-même unique héritière d'un empire industriel, à moins que Papa Belmont ait enfanté en dehors des liens conjugaux, ce qui donnerait une bonne surprise à la lecture du testament. Encore que, radin comme pas deux, le bougre se soit abstenu de tout écart pour justement éviter de devoir partager ses biens. Et dans cette même vison des choses, il était à peur près certain que c'est lui qui désignerait à sa fille qui épouser, se moquant bien de son bonheur personnel. Oui, ça ressemblait bien au bonhomme, tel qu'Eric s'en souvenait.

Et forcément Louise évoqua les liens qui les unissaient. La pauvre ne savait sur quel pied danser avec lui qui alternait le chaud et le froid. L'amour ! Ah l'amour ! Eric haussa les épaules en songeant à ce mot. Tout comme le mot travail, c'était un mot à bannir de la surface de la terre pour que le monde soit enfin heureux !
Il sourit à Louise, tout en dégustant ses premiers coquillages :

Si je comprends bien, dit-il, tu me demande si je t'aime ?
Il prit son temps pour répondre :
Tu dois bien te douter que je me suis posé la question. Seulement si je regarde mes expériences passées, j'ai comme l'impression que chaque fois que je croyais nager dans l'amour comme un poisson rouge dans son aquarium et bien en réalité, je pédalais dans la choucroute. ... Pour moi l'amour c'est comme l'horizon ! Plus on chemine vers lui plus il recule parce qu'il n'a pas de fin. Ce n'est pas pour nous fuir qu'il recule, c'est juste pour que nous nous pressions davantage sans perdre le cap !  
Il but une gorgée d'un alsace bien frais :
Quand je me suis marié, j'ai cru que je montais dans le train de l'amour et que le voyage durerait toute l'éternité ! Je t'accorde que je devais être naïf. Monique en vérité était une vraie conne ! Je n'ai rien vu venir ! Avec Loli et Jeanne, j'ai du merder quelque part, je n'ai absolument rien à leur reprocher. Alors forcément, je suis obligé de me demander si finalement j'ai quelques compétences et aptitudes pour l'amour ! ... Je parle de l'amour en tant que sentiment, pas de galipettes sur un matelas !  

Il fit une pause, Louise devait guetter ses paroles :
Si amour il y a ... dit-il au bout d'un moment et reprenant les propres paroles de la jeune femme, ... tu as parfaitement raison ! Laissons le temps répondre à cette question mais, ... rien ne nous empêche pendant ce temps de nous préoccuper du bonheur ! C'est quelque chose qui me semble plus concret, plus palpable que l'amour, quelque chose qu'on peut tenir entre ses mains ! ... Je suis heureux avec toi Louise ! Et pas seulement la nuit dans un lit mais ici, surtout ici, là avec toi, rien que nous deux sous ce soleil ! ... Oui, je suis heureux avec toi et je ne demande rien de plus, ça me suffit largement !

Il en avait beaucoup dit, Louise saurait comprendre entre les lignes. Il lui prit la main et dit encore :
Un petit bonheur à nous et, qui sait, plus tard, ... plus si affinités !


Dernière édition par Eric Delaroche le Lun 18 Avr 2016 - 12:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Louise Belmont



Messages : 459
Date d'inscription : 14/09/2012

MessageSujet: Re: [RP] Restaurants : heure du Déjeuner   Lun 18 Avr 2016 - 10:36

A aucun moment, tandis qu'il parlait et prenait des chemins détournés pour lui dire ce qu'il avait sur le coeur, Louise n'avait esquissé un geste ou balbutié un mot pour tenter de le couper. L'heure était enfin aux révélations et elle ne voulait surtout pas briser cet instant là, elle qui en avait tant rêvé.
Mais... Le désenchantement, pourtant pensé et attendu, fut plus présent qu'elle ne l'imaginait. De prime abord en tous cas.
Sur l'instant, la Belmont, alors qu'Eric venait de se confesser et de terminer ses explications, ne broncha pas. Pire encore, la main qu'il tenait fut extraite de son écrin, en délicatesse cependant. Main qu'elle reposa sur la table, poings légèrement serré... Et son regard se tourna vers l'horizon.
Eric venait de soulever des questions tout en apportant des réponses et précisions. Mais l'esprit de la Parisienne carburait encore bien trop pour une jeune femme oisive supposée être en vacances!

Il mangeait... Avait commencé du moins. Mais pas elle. Son estomac semblait noué et la jeune femme savait pertinemment que rien ne passerait. Etait ce les propos du détective qui la mettaient dans cet état ? Quelques minutes interminables s'écoulèrent ainsi, dans un silence pesant, l'esprit de la Belmont complétement ailleurs. Finalement, peut être ne fallait il pas aborder des sujets sérieux et aussi sensibles avec elle ?
En fait, Louise ne faisait que penser à son avenir, à celui qu'elle s'était imaginé étant enfant, lors de sa première rencontre avec Simon. SON Simon... Le seul qui aura su lui dire qu'il l'aimait... Le seul à avoir évoqué une vie avec elle, un avenir commun. Depuis sa disparition, Louise n'avait plus vraiment été elle même. A ce jour encore, il manquait cette petite étincelle de joie et d'innocence... Etincelle qu'elle ne pourrait qu'approcher sans retrouver, elle le savait. Et c'était le cas auprès d'Eric.
Seulement voilà... Le détective ne s'imaginait sans doute pas quel remue ménage il avait provoqué dans le for intérieur de la belle. Et, secrète comme elle pouvait l'être, il était évident qu'elle ne lui dirait pas. Après tout, il n'y avait pas d'amour... Juste un peu de bonheur volé, sous le soleil Egyptien, qui disparaitrait à leur retour à Paris. Après tout, pourquoi prendrait il la peine de continuer à la fréquenter dans un milieu qu'il ne supportait pas ?


- Alors profitons du bonheur, quelques temps encore... La routine parisienne nous achèvera bien assez tôt.

Les propos de l'héritière étaient amers. Convaincue que rentrer serait, pour elle, synonyme de bien des tracas, elle avait cru à ce projet fou de vie commune en Egypte. Mais, comme toujours, il plaisantait... Nécessairement.
De retour à Paris, les projets fous de Théodore reprendraient et il ne faudrait pas longtemps à Louise pour se retrouver mariée, par obligation, avec ce crétin hideux choisi par raison par son patriarche. Ici, au moins, à Marsa Alam, en Egypte plus globalement, la vie était si douce pour elle... Comme si elle pouvait enfin vivre et aimer, avant de connaître une vie de désarrois, dans sa prison dorée.
Oh oui, beaucoup rêveraient sans doute de vivre comme elle, la pensant heureuse et épanouie dans son monde de petite fille riche. Et la vérité, elle, plus dure à encaisser, ne viendrait jamais ternir le vernis éclatant du pseudo bonheur.
Le bonheur, le vrai, c'était avec Eric qu'elle le connaissait, c'était avec lui qu'elle aurait désiré le voir continuer... Mais le pauvre n'avait pas idée de du sombre avenir qui attendait son amante passionnée et de la tristesse que Paris lui évoquait désormais.

Un soupir franchît alors les lèvres de la Louisette, avant que son regard ne se fixe de nouveau sur le visage de son amour d'Egypte.


- Je ne te dirais jamais que je t'aime, sois rassuré. Tu n'auras pas à supporter ce lourd fardeau une nouvelle fois.

Submergée par un trop pleins d'émotions, la jeune femme se leva, toujours en élégance et en retenue, et s'éclipsa sans un autre mot. Les toilettes ferait office de refuge temporaire, le temps que le trop plein de peine s'écoule sur ses joues...
Revenir en haut Aller en bas
Eric Delaroche

avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 07/11/2011

MessageSujet: Re: [RP] Restaurants : heure du Déjeuner   Lun 18 Avr 2016 - 12:52

Elle se glaçait vite, la jolie Louise Belmont malgré la chaleur de cette journée. Les propos d'Eric n'avaient pas été ceux qu'elle attendait. Elle avait retiré sa main de la sienne pour bien lui faire comprendre mais son pied restait  posé sur les parties intimes du détective qui se risqua à plonger une main dessus pour le caresser avec amour.
Il tenait cependant à ce que les choses soient claires entre eux :

Je n'ai pas dit que ce bonheur à deux était destiné à s'effacer dès notre retour en France ! ... Au contraire, j'ai voulu dire qu'il fallait lui laisser du temps, de la chance aussi pour qu'il prospère de lui-même.

Il la regarda attentivement, cherchant pourquoi elle se butait si facilement dès que les choses n'allaient plus dans son sens. Caprice de petite fille trop gâtée ?Il ne voulait surtout pas gâcher cette journée qui promettait tant, il s'efforçait d'éclaircir ses propres paroles mais sans un mot d'excuse, elle fila en direction des toilettes.
Eric soupira. Avec Louise Belmont rien n'était gagné d'avance, c'était tellement plus simple de vivre sans se casser la tête tant que l'univers tournait rond autour d'eux.
A la poubelle les agendas, calendriers, plannings ... oublier l'heure, le temps, le passé et l'avenir, ... c'était ça la vraie liberté.

Eric aimait-il Louise ? Sans doute, sinon il ne serait pas là et quitte à passer une journée à faire les fous il préférait la compagnie de Claire qui était nettement plus drôle. Mais Louise avait ce petit quelque chose qui lui travaillait le coeur et auquel il refusait pour l'instant de donner un nom.
Maintenant il regardait ses coquillages avec moins d'envie. Elle avait fini par lui couper l'appétit qu'il avait déjà peu ouvert en mettant les pieds ici. En fin de compte, cette sortie était une erreur, il aurait du rester le long de la piscine à lézarder au soleil.
Il se resservit un verre d'alsace pour se consoler, verre qu'il vida d'une traite en attendant que la Miss revienne de son enfer personnel.
Revenir en haut Aller en bas
Louise Belmont



Messages : 459
Date d'inscription : 14/09/2012

MessageSujet: Re: [RP] Restaurants : heure du Déjeuner   Mar 19 Avr 2016 - 10:46

Il ne comprenait rien. Voilà ce qui tournait en boucle dans la tête de Louise tandis que les larmes roulaient sur ses joues. La jeune femme ne voulait pas rentrer en France... Pas à Paris en tous cas! Le comprendrait il un jour ? Folle de lui, bien plus qu'elle ne l'aurait cru, chacun de ses propos, peut être ma compris, équivalait à un coup de poignard dans son petit coeur déjà bien trop meurtri par la vie.
Dix années plus tôt, la Parisienne, déjà, avait failli fuir son tyran de père. Mais la vie, cruelle, en avait décidé autrement, mettant un terme à son bonheur et à sa joie de vivre lorsqu'elle lui avait arraché son Simon des bras. Aucun homme ne l'aimerait donc suffisamment pour lui permettre d'échapper aux malheurs qui l'attendaient ? Seul son défunt fiancé en avait il eu le courage ?!
Ce jeune homme là avait bien cerné la peine et le mal être de cette jeune fille que tout le monde trouvait trop timide, trop gauche, trop gâtée. Il s'était montré le seul à prêter une réelle attention à ses envies, ses désirs... A qui elle était, tout simplement. Parfois, il suffisait juste de gratter le vernis bien trop lisse et suspect.
Mais, depuis cette tragédie, Louise s'était plus encore refermée sur elle même et il y avait des choses qu'elle ne parvenait plus à dire, malgré l'assurance qu'elle semblait avoir recouvré en Egypte. Elle savait fort bien que, de retour à Paris, les choses reprendraient leurs cours, l'emprise de son père se resserrant comme un étau. Et puis, alors, elle se retrouverait mariée quelques semaines plus tard, juste le temps de fiançailles express et de publication des bans.

Non, c'en était trop, elle ne pouvait plus l'accepter, il fallait que cela cesse!
De colère, Louise tapa du poing sur le lavabo, malheureux témoin de cette scène mentale. La tristesse et la peine était encore visible sur son visage... Mais les larmes avaient cessé de couler.
Peut être que, si elle expliquait à Eric, tout s'arrangerait ? Il s'était toujours montré de bon conseil depuis leur rencontre. Mais, quand bien même, elle allait lui évoquer un monde qu'il détestait au plus haut point et des pratiques plus qu'arriérés. Comment prendrait il tout ça ?
Et puis, au fond, peut être serait ce pire ? Et s'il se fichait éperdument de son sort ? Pour sûr, Louise s'en retrouverait anéantie. Pourtant, c'était peut être le plus raisonnable et le plus judicieux...

Ouvrant les robinets, la jeune femme se passa un peu d'eau sur le visage, afin d'effacer, le plus possible, toutes traces de sa peine déversée ici, en toute solitude. Heureusement qu'il n'y avait aucun client d'ailleurs! Pour quoi serait elle passée ?!
Soupirant, se séchant en se tapotant doucement la peau, l'héritière prît alors son courage à deux mains, bien décidée à affronter la cruelle vérité. Après tout, quitte à subir le pire... Autant le savoir dès à présent, non ?


- Excuse moi...

Reprenant sa place initiale, avec élégance, Louise ne perdît pas un instant. Il ne fallait pas qu'Eric puisse ouvrir la bouche avant elle. Sinon, tout serait fichu!

- Il disparaîtra en France. Tu le sais aussi bien que moi. Enfin... Peut être pas tout à fait.

La voix un peu vacillante, la jeune femme se mît en tête de commencer à lui raconter sa folle histoire. S'il l'interrompait, elle n'en aurait pas le courage!

- A notre retour, à Paris... Je ne pourrais plus te voir.

Bam! La sanction tombait net comme un couperet. Mais elle savait qu'en commençant ainsi, il serait plus attentif à ce qu'elle lui dirait.
N'osant pas le regarder dans les yeux, elle continua donc sur sa lancée, les mains fébriles.


- Théodore a déjà prévu de me marier. Et je sais que cette union sera vite consacrée quand je reviendrais... Il aurait bien trop peur de perdre le contrôle sur son héritière vois tu...

L'amertume et la peine s'entendait dans chacun de ses mots. Soupirant une nouvelle fois, la jeune femme reprît :

- Le comble c'est que je passerais ma vie avec un homme que je déteste. Même Philippe-Charles, à côté, aurait été un moindre mal pour moi.

Un sourire ironique s'afficha sur ses lèvres, avant que son regard ne se plante enfin dans celui du détective.

- Comprends tu mieux pourquoi je ne veux pas rentrer ? Je ne veux pas épouser un homme par obligation... Je veux pouvoir aimer, librement, tout comme je t'aime toi...

Emportée par ses explications, Louise ne se rendît pas compte des mots utilisés... Pas dans l'immédiat en tous cas.
Baissant son regard sur une assiette de fruits de mer non consommée, elle termina ainsi :


- tout serait si simple s'il se décidait enfin à mourir lui aussi... Je serais enfin libre...

Étonnamment, elle n'évoquait même pas l'argent. Pour quoi faire après tout ? Elle n'en avait jamais manqué et ne savait pas ce que c'était d'être pauvre! Le plus dur restait encore à venir : la réaction d'Eric.
Revenir en haut Aller en bas
Eric Delaroche

avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 07/11/2011

MessageSujet: Re: [RP] Restaurants : heure du Déjeuner   Mer 20 Avr 2016 - 12:00

Eric ignorait les projets matrimoniaux du père Belmont pour sa fille Louise. Evidemment ça changeait tout encore que lui n'y voyait là qu'un petit problème. D'un autre côté, si Louise se dérogeait aux directives de son père, adieu l'héritage ou en tout cas une grosse partie.
Je ne savais pas tout ça, dit-il comme une excuse.
Certes les rouages tordus des cerveaux de la bourgeoisie très riche de Paris lui était inconnus mais en 1953, les jeunes femmes pouvaient tout de même bien épouser le jeune homme qu'elles préféraient.
Eric demanda :

Ce futur mariage est déjà ... bien avancé ?  Et l'heureux élu, il en pense quoi d'épouser une femme qui ne l'aime pas et qui ne l'aimera jamais. ... Tu es majeure et vaccinée, Papa Belmont tu peux l'envoyer paître. Juridiquement, il ne peut rien contre toi. ... Certes, si tu vas contre son gré tu risques de voir ton futur capital fondre comme neige au soleil, mais c'est à toi de savoir ce que tu veux, ma chérie.

Mais visiblement, elle en avait la trouille de son père, de lui comme de toute sa clique. Qu'y avait-il derrière ce mariage forcé ? Juste une façon d'assurer ses intérêts ? Ca semblait bizarre quand même ses méthodes dignes des siècles passés. Et la voilà qui reparlait d'amour, celui qu'elle avait prétendait avoir pour lui, Eric, et qui le remuait bien plus profondément qu'il ne l'aurait souhaité. Il lui sourit pour tenter de la réconforter. Effectivement, avec cette épée de Damoclès au dessus-de sa tête, Louise n'était pas prête comme lui à goûter au farniente égyptien et à se laisser vivre sans poser de questions.
A nouveau il lui prit la main :

Moi, tu sais, l'amour ce n'est plus trop mon truc ! ... Evidemment, je me plais en ta compagnie et pas uniquement pour jouer à la bête à deux dos. ... je t'aime bien, oui, je ne peux pas le nier, même si je me refuse à y penser sérieusement. Je suis prêt à t'aider si tu le souhaites. Si ce retour à Paris t'effraie à ce point, n'y retourne pas ! ... Je peux écrire à ton père, si tu veux. ... Que cherche-t-il exactement ? Un gendre doué pour les affaires et qui lui apportent un joli capital ? ... Dis m'en plus, s'il te plait. J'ai besoin de comprendre.

Du coup, lui non plus n'avait plus faim. Sa fibre de bon chevalier lui interdisait d'envoyer sa gentille Louise au casse-pipe matrimonial. Trop sentimentale, Louise ne s'accommoderait jamais d'un mariage arrangé même si son cher époux lui laissait carte blanche.
Il lui demanda en appelant le serveur :

On prend un café et on va se promener ?
Revenir en haut Aller en bas
Louise Belmont



Messages : 459
Date d'inscription : 14/09/2012

MessageSujet: Re: [RP] Restaurants : heure du Déjeuner   Mer 20 Avr 2016 - 14:33

Loin de fuir, Eric lui était d'une grande source de réconfort. D'ailleurs, lorsque le détective saisît de nouveau sa main dans la sienne, cette fois, Louise ne s'en déroba pas. Le contact avec sa peau était si doux, si agréable et lui rappelait de si bons souvenirs de nuits d'ivresse... Comment pouvait elle accepter un avenir aussi sombre en ayant connu l'extase auprès d'un homme, pourtant, si différent d'elle ?
Si la jeune femme ne s'était pas arrangée pour effectuer cette croisière en Egypte comme dernière escapade d'une vie solitaire et libre, jamais elle n'aurait pu le rencontrer.
Oh, certes, en sa qualité de privé, il avait bien travaillé pour Belmont Père mais Louise, bien loin de toutes ces considérations de l'entreprise, ne l'avait jamais rencontré. Peut être que, si elle avait croisé sa route plus tôt, l'histoire aurait évolué différemment, dans un meilleur sens ? Pire ? Ah, avec des si... On referait le monde comme beaucoup disent fort justement.

Serrant délicatement sa main dans la sienne, son regard plongé en profondeur dans celui de Delaroche, la parisienne esquissa un léger sourire empli de gratitude. Il ne savait pas tout... Et en ignorait sans doute encore beaucoup sur elle, sur sa famille, malgré ses travaux d'investigation. Chez les Belmont, il y avait de bien nombreux cadavres dans les placards et sous les lits. Le genre de famille bourgeoise à fuir comme la peste, en somme, mais que tout le monde, pourtant, vénérait ; pouvoir de l'argent oblige!


- J'aurais peut être dû d'en parler plus tôt, il est vrai... Mais je me sentais si libre ici que je ne voulais plus songer à ce qui m'attendait à mon retour.

Petite pause, tandis qu'il hélait un serveur. Le café ferait sûrement beaucoup de bien à leurs esprits et corps engourdis.

- Tu as raison. Ailleurs, nous serons plus au calme pour discuter... Et puis, je n'ai plus très faim à dire vrai...

La voix de Louise, malgré le réconfort d'Eric, se faisait légère et cassante, comme si sa propriétaire était au bord de la rupture. Evoquer sa vie n'était pas simple, même avec celui qui partageait ses nuits, son lit et bien plus encore.

- Le "mariage"... Est avancé au point tel qu'avant mon départ, Théodore me serinait avec des fiançailles, la publication des bans...

Ce mot seul ravivait les souvenirs de Simon, son premier amour, mais aussi l'image d'un Eric auquel elle aurait préféré être promise. Soupirant légèrement, elle reprît :

- Autant dire qu'à mon retour, tout aura déjà été négocié. Il me fallait fuir toutes ces histoires et ce voyage en Egypte était idéal... Voyage que je pensais sans retour.

Sans retour dans le sens décès, évidemment. Mort dont l'avait sauvé le Merle, la nuit de leur délicieuse "rencontre" des corps.
Entretemps, le serveur arriva, Eric commanda deux cafés ; lesquels furent livrés prestement et avec application.
Pour gérer son stress, Louise se saisît alors de la cuillère et remua doucement le breuvage bien chaud.


- Ce que cherche mon père ? Il l'a trouvé déjà... Mais je suppose qu'il voulait quelqu'un comme lui, quelqu'un qui soit le fils qu'il n'a jamais eu. Je sers juste de moyen pour récupérer le fils prodigue en somme.

Nouveau soupir. L'idée même de se retrouver mariée avec le portait craché de son tyran de père ne l'enchantait guère, loin de là.

- Honnêtement, je me fiche de l'argent, je me fiche de tout... Tant que tu restes à mes côtés, loin de toutes ces histoires, de la manière dont il te plaira...

Et, avec une tendresse toute retenue, Louise tendît la main pour caresser la joue de son amant si protecteur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Restaurants : heure du Déjeuner   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Restaurants : heure du Déjeuner
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» ANGLADE REMET LES PENDULES A L'HEURE
» Heure du début du draft?
» Dernier heure
» 17h: Heure de Colle pour Clara
» Yoho, quand sonne l'heure...[pv Luth]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RPG - Croisière sur le Nil dans les années 50 -  :: Les Restaurants :: Heure du déjeuner-
Sauter vers: